Filière céréalière

La teneur protéinique de nos blés tendres reste un enjeu majeur pour l’avenir

15 juillet 2016

FboujotFabrice Bourjot, Responsable développement blé chez Moulins Soufflet :

“Il y a un rapport direct entre rendement et  taux de protéines du blé tendre. L’année climatique défavorable que nous connaissons pénalisera fortement le rendement et devrait donc nous permettre de tenir sans trop de difficultés notre objectif d’une teneur  de 11,5 % sur les blés collectés. Cela ne doit pas nous faire oublier les tendances structurelles qui ont justifié le lancement du Plan Protéines Blé Tendre en 2014 : une baisse presque linéaire des teneurs d’un point en 10 ans et, a contrario, une exigence croissante du marché tiré par les clients industriels utilisateurs de nos farines.

Au-delà des surcoûts portés par la Meunerie Française liés à l’incorporation nécessaire de blés de force,  le risque pour notre agriculture est à terme de voir ses clients traditionnels, notamment à l’export, se tourner vers d’autres origines. La plus grande vigilance est donc de rigueur sur le choix des variétés et l’apport d’azote, qui doit être apporté à la juste dose sous la meilleure forme et au meilleur moment. Les nouveaux outils d’aide à la décision ont, à ce niveau, un rôle essentiel à jouer.”

Quel blé pour la panification ?

Notre démarche

Le Groupe Soufflet s’est développé depuis ses origines dans les filières blé et orge en élargissant ses activités et en approfondissant son expertise, de la collecte à la transformation. Maîtriser tous les enjeux de la filière, au service de toutes ses parties prenantes, c’est notre culture depuis toujours.

La lettre des marchés

Retrouvez chaque mois le décryptage du marché de la farine dans la
Lettre aux Marchés
Je souhaite recevoir la lettre des marchés